La bière artisanale, un succès qui n’en est qu’à ses débuts




 Même les personnes qui ne boivent pas une goutte d’alcool ne peuvent qu’avoir entendu parler de ce nouveau phénomène : la bière artisanale. Aux quatre coins de l’Europe, il va de soi que les consommateurs de bière sont de plus en plus nombreux à vouloir des boissons de qualité plutôt que les mixtures insipides longtemps proposées par les grands groupes. Nombre d’hommes comme de femmes, qui ont parfois débuté avec une simple casserole dans leur cuisine, se sont lancés dans l’aventure et ont rencontré un grand succès. Aujourd’hui, le pourcentage de bière artisanale vendue dans les commerces et dans les bars est encore modeste face aux mastodontes du secteur, mais il semble évident qu’un vent nouveau souffle dans l’univers de la bière. Voyons de quoi il en retourne en Belgique, en France ainsi qu’en Suisse.

La situation en Belgique

 

La situation en Belgique est particulière. C’est peut-être bien LE pays de la bière, c’est du moins ce que vous diront les Belges. Les Allemands et les Tchèques y trouveront sans doute à redire, en revanche, mais qu’importe, nous ne sommes pas ici pour décerner une médaille d’or. Ce qui est absolument certain, c’est que la Belgique possède une très ancienne tradition dans le domaine de la bière. Qui ne connaît pas les bières trappistes, par exemple ? Ajoutons que même l’UNESCO a reconnu l’importance de la bière belge. C’est véritablement une institution. Du coup, dans un pays avec une telle tradition, la question de la définition du mot « artisanal » est particulièrement importante. Des bières connues sont désormais réalisées en quantité industrielle alors qu’elles restent excellentes. Dans d’autres pays, avec une tradition bien plus récente, les bières industrielles ont plutôt mauvaise réputation et c’est du côté des petites brasseries artisanales que l’on trouve des saveurs qui valent le détour.

La situation en Suisse

 


La Suisse est un pays particulier. Du côté germanophone, elle est assez proche de l’Allemagne, culturellement, et compte depuis longtemps un nombre important de brasseries à taille humaine. Du côté francophone ou encore italophone, également pour des raisons culturelles et de proximité avec ses voisins, c’est plutôt dans le domaine du vin que l’on dispose d’excellentes compétences. Seulement voilà, la Suisse est également touchée par la mode de la bière artisanale, et ceci dans toutes ses régions linguistiques. A l’extrémité ouest du pays, Genève semblait à la traîne, elle qui s’est spécialisée dans le vin de qualité, mais ces dernières années, le vent a tourné et les brasseries artisanales se développent de façon très dynamique. Les plus grandes se sont d’ailleurs réunies dans une Association des brasseries indépendantes de Genève. Un blog est consacré aux bières artisanales genevoises ainsi qu’aux établissements qui les servent : geneva.beer. On y trouve d’ailleurs un billet qui traite de l’association dont nous venons de parler.

La situation en France

 

La France est un pays de vin par excellence, ils seront peu à le contester. L’Hexagone allait-il ainsi échapper à la mode des bières artisanales ? Absolument pas, bien au contraire. La France est touchée comme les autres pays. Les Français veulent mieux manger mais aussi mieux boire. Et même si leur vin est très réputé, ils boivent aussi de la bière et se dirigent petit à petit vers une production locale et de qualité. Il y a donc de la place pour des brasseries innovantes. Depuis plusieurs années, la progression de la bière artisanale en France est constante augmentation, contrairement à la bière industrielle qui ne progresse pas. Quand on sait que trois quarts des Français boivent fréquemment de la bière, on se dit que de beaux jours attendent les brasseurs dans ce grand pays.

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.